Accueil / Entreprise /

Amazon ouvre sa 7e agence mais le modèle est-il rentable ?

, par Stratégies Logistique

Alors qu’Amazon ouvre une 7e agence de livraison à Saint-Priest, dans la banlieue de Lyon, le prospectiviste Philippe Cahen s’interroge dans Les Echos sur le vrai coût de la livraison du géant américain.

Amazon a ouvert le 17 janvier 2017 sa septième agence de livraison française à Saint-Priest, dans la banlieue de Lyon. « L’ouverture de ce site destiné à la logistique du dernier kilomètre constitue une nouvelle étape dans le développement d’Amazon en France, où l’entreprise travaille sans cesse à rendre ses livraisons plus efficaces et plus pratiques, afin de mieux répondre aux besoins de ses clients », a déclaré Christian Berté, country director d’Amazon Logistics en France, à l’occasion du démarrage de l’activité à Saint-Priest, développé par Amazon Logistics.

En parallèle, Philippe Cahen, prospectiviste, pose la question du "talon d’achille" d’Amazon, pariant sur le fait qu’Amazon ne facture pas la livraison de ses produits au juste prix. "Et si Amazon se prenait les pieds dans le tapis ?" questionne le spécialiste dans sa tribune parue dans Les Echos : pour lui,
le coût de livraison très avantageux n’est peut-être pas entièrement supporté par le client.

85 millions de Prime

Reste qu’Amazon compterait 85 millions de clients Prime avec livraisons illimitées pour généralement 99 dollars à l’année, "dépensant 1700 dollars par an contre 700 dollars pour un client classique". Qui dit plus de chiffre d’affaires dit plus de livraisons : elles auraient été de l’ordre de 5 milliards en 2017. Sans compter les effets du nouveau bouton Dash pour livrer rapidement une sélection de produits

"Si Amazon communique les dépenses d’un client Prime, on ne connaît pas en parallèle le coût d’une livraison pour un panier moyen de 28,9 dollars (5 milliards de livraison pour 85 millions d’abonnés Prime dépensant 1.700 dollars par an) augmenté de 1,7 dollar de cotisation Prime", questionne Philippe Cahen. Or pour lui, si Amazon perd de l’argent, Amazon est menacé. Le chiffre d’affaires d’Amazon a pourtant culminé à 136 milliards de dollars en 2016 (pour 2,4 milliards de bénéfices)

1,7 dollar la livraison

Est-ce que ce 1,7 dollar peut financer intégralement la livraison ? "Si le nombre moyen de produits par livraison baisse – et c’est la tentation naturelle d’un client Prime de se faire livrer gratuitement produit par produit - c’est une catastrophe financière pour Amazon", analyse le spécialiste.

C’est peut-être pourquoi le géant développe les casiers Amazon Lockers pour limiter la livraison chez le particulier. Et qu’Amazon compte tirer partie des points de vente de Whole Foods Market, récemment rachetée. Les drônes pourraient également devenir une solution pour atteindre l’équilibre économique. Sans oublier qu’Amazon travaille à l’automatisation de ses entrepôts,

Le magazine et les hors-séries

Stratégies Logistique 170 - Avril / Mai 2018

Stratégies Logistique n°170 est paru.

Hors-série n°16 - World Class Logistics

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement World Class Logistics, qui s’est tenu à Paris-La Défense le 12 décembre 2017, et découvrez les candidats en lice pour le Prix de l’innovation durable 2017.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.

Hors-série n°15 - Value Chain Parts

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement Value Chain Parts, qui s’est tenu à Toulouse le 22 novembre 2017.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.