Accueil / Entreposage / Manutention /

IFOY 2019 : Innovateurs de l’intralogistique en quête de récompense

, par Sylvain Chanourdie

Prix de l’innovation réputé le plus exigeant du secteur de l’intralogistique, les IFOY Awards seront remis le 26 avril prochain. 15 chariots et solutions pour l’entrepôt restent en lice au terme d’une semaine de test menée par un jury d’experts et de journalistes. Ergonomie, sécurité, efficacité, adéquation avec les besoins des entreprises… de multiples critères non technologiques peuvent faire la différence.
Revue de détail des innovations amenées à devenir les standards l’équipement intralogistique.

L’effervescence des technologies de manutention a son baromètre : les prix IFOY (International Intralogistics and Forklift Truck of the Year). Initialement cantonnés aux chariots élévateurs les plus innovants, les IFOY Awards récompensent aujourd’hui une vaste gamme d’équipements de manutention et d’entreposage, rassemblés sous la bannière de l’intralogistique. Pour la 7e édition de ce prix, dont les lauréats seront dévoilés le 26 avril, les chariots ne concourent plus que dans deux catégories : les chariots à contrepoids et les engins de magasinage. Deux autres prix reviendront à l’intralogistique « 4.0 » : AGV & robots d’intralogistique et logiciels d’intralogistique. Le prix spécial mettra à l’honneur les logiciels 3D tnadis qu’une nouvelle catégorie fait son apparition, la start-up de l’année, Sans surprise, le casting 2019 comporte toujours plus d’automatisation, de robotisation et de numérique mais l’innovation technologique ne suffit pas à faire un gagnant.

Une semaine de tests

Prisés des fabricants pour leur rayonnement international, les IFOY Awards reposent en effet sur un processus d’évaluation poussé. Les chariots en particulier sont soumis à un protocole de test comprenant 80 critères techniques et opérationnels, depuis les performances telles que la vitesse de déplacement, la consommation d’énergie ou le nombre de palette à l’heure, jusqu’à des critères qualitatifs tels que la sécurité, l’espace pour les jambes, la visibilité, etc. Les notes obtenues sont ensuite comparées aux standards des engins et solutions équivalents sur le marché. Il ne s’agit donc pas d’un banc d’essai entre compétiteurs, les évaluations ont aussi vocation à documenter l’état de l’art de l’industrie intralogistique, un sésame précieux pour les industriels au sein d’un marché très concurrentiel.

Un jury de 27 journalistes

Il ne faut pas non plus chercher l’innovation technologique à tout crin aux IFOY. En plus des tests de terrain, quatre chercheurs en ingénierie logistique évaluent le degré d’innovation en terme de mise en œuvre de nouvelles technologies mais aussi en terme de pertinence vis-à-vis des attentes des entreprises et des perspectives de marché. Eclairés par ces avis d’experts, 27 journalistes spécialisés en transports et logistique, issus de 19 pays (Stratégies Logistique représente la France) apportent au vote final un garantie d’impartialité.
Au terme d’une semaine de tests, organisés du 1er au 8 mars à Hanovre, les 15 innovations en lice ont toute été retenues pour concourir aux IFOY 2019. Leurs principales caractéristiques, qui ont plu ou déplu au jury, sont détaillées ci-dessous. Les fiches techniques complètes sont disponibles en bas de page.
Le suspense prendra fin le 26 avril 2019 lors de la cérémonie de remise des prix à Vienne, en Autriche !

Chariots à contrepoids : cap sur l’ergonomie

A tout seigneur tout honneur, les chariots en compétition rivalisent de maniabilité, d’ergonomie et de sécurité en plus de la performance technique. Au chapitre de l’ergonomie, une cabine bien conçue dans ses moindres détails devient un standard. Une longue liste de critères fait la différence : marchepied bien positionné, colonne de direction libérant la vue vers l’avant, espace pour les jambes, siège confortable, etc.
JPEGParmi les chariots à contrepoids pour des charges de 2 à 3,5 tonnes, la nouvelle série S présentée par Clark coche toutes ces cases de la modernité. Son plus, un écran de 5 pouces pour visualiser les opérations en cours et qui sert aussi d’écran de la caméra de recul en option. Bien sûr, son moteur à combustion respecte la norme européenne Stage V qui entrera en application en 2020.

Face à Clark, un second candidat brigue le prix du meilleur chariot frontal : le TX3 de UniCarriers Europe. Ce modèle électrique à trois roues de la nouvelle série TX appartient au segment de marché le plus demandé : les chariots capables de soulever 1,3 à 2 tonnes jusqu’à 4,75 mètres. Là encore, l’ergonomie a été travaillée en terme de visibilité, avec deux fenêtres supplémentaires à l’avant, une première sur le marché qui améliore encore la sécurité. L’ergonomie du pilotage a aussi fait l’objet de recherche très poussées. Unicarriers propose en guise de volant un joystick intégré à l’accoudoir, conçu selon les derniers préceptes en matière d’ergonomie de travail, et inspiré de recherches menées par la NASA ! Cette innovation requiert cependant un temps d’apprentissage et ne convient pas à tous les cas d’usage.

Engins de magasinages : Electrification en mode LiOn

L’électrique est à l’honneur aux IFOY. Si la pertinence des batteries lithium-ion face à celles au plomb semble acquise, certains constructeurs comme Unicarriers plaident pour laisser le choix entre plomb-acide et lithium-ion selon la nature des tâches à effectuer.
Jungheinrich a pour sa part tranché la question. Nominé dans la catégorie des engins de magasinage, son chariot à mât rétractable ETV 216i lancé en 2018 a été entièrement conçu autour d’une batterie LiOn « maison ». Plus petite, elle permet une cabine plus spacieuse au sein d’un engin plus compact, donc bien adapté aux allées étroites. Plus légère, elle favorise aussi une meilleure stabilité. Et la meilleure efficacité de la récupération d’énergie au freinage améliore les performances. Totalisant 10 prix IFOY depuis 2013, Jungheinrich présente ainsi une copie très aboutie, déjà remarquée par d’autres prix.

Toujours dans la catégorie engins de magasinage, deux autres compétiteurs s’adressent à des opérations de manutentions bien distinctes. Le chariot latéral multidirectionnel électrique MaxX de Hubtex innove lui-aussi dans un domaine habituellement motorisé au diesel ou au gaz. En matière de transport de charges longues, l’électrique offre un meilleur coût qu’avec d’autres engins électriques comparables. Avec une capacité de 4,5 tonnes dans la version testée, sa manœuvrabilité a été particulièrement appréciée.

Troisième compétiteur, le dernier né de Combilift est un transpalette électrique multidirectionnel. Le Combi-PPT innove par sa puissance, capable de soulever jusqu’à 16 tonnes là où les standards se situent entre 2 et 3 tonnes. Il peut ainsi accomplir des tâches dévolues aux chariots. Grâce à son design compact et un timon rotatif à 90°, il requiert 15% d’espace en moins pour être manœuvré.

AGV & robots : automatisation à 100 % de l’entrepôt

La catégorie « AGV & robots d’intralogistique » offre de quoi satisfaire l’appétit croissant d’automatisation des entrepôts. Jungheinrich y présente son premier robot transstockeur, le miniload STC, entièrement conçu et fabriqué par la firme allemande. Si les solutions à base de navettes (ou satellites) transportant les charges à l’intérieur du rayonnage se répandent, le miniload trouve sa pertinence dans sa rapidité, la densité de stockage ou l’efficacité énergétique. Sur ces points, le miniload STC marque des points, et ce pour une installation pouvant aller jusqu’à 25 mètres de haut et 110 mètres de long.

Still propose pour sa part un train de remorques ouvrant la voie à une automatisation totale des transferts de matériels. La filiale du groupe Kion accole son tracteur LTX 50 automatisé par des équipements Dematic, autre filiale de Kion, avec des remorques elles-aussi entièrement automatisées. Ainsi, outre un pilotage autonome via navigation laser à l’intérieur des bâtiments, le chargement et déchargement depuis et vers des convoyeurs sont effectués sans intervention humaine.

Du côté des AGV, là aussi le futur se dessine avec le robot manipulateur MANIPULA-TORsten conçu par Torwegge. Il se compose d’un AGV compact, le modèle TORsten déjà commercialisé, surmonté d’un bras robot. Une configuration bien adapté à la préparation de commande et toute activité d’e-commerce sachant que la configuration présentée peut manipuler et déplacer des charges jusqu’à 6 kg. Selon Torwegge, la technologie devrait être déployée en conditions opérationnelles dans un horizon de deux ans.

Le logiciel investit l’entrepôt

Trois solutions de la catégorie « logiciels d’intralogistique » représentent ce marché pléthorique. Cargometer, un système de dimensionnent du fret à la volée, applique le principe d’un tunnel de lecture au chargement entier d’un chariot en mouvement. Deux caméras placées sur la porte de chargement combinées à un système de pesage intégré aux fourches du chariot (fabriqué par Ravas) permettent de relever dimensions, identification, poids des marchandises en déplacement jusqu’à 10 km/h. Outre une collecte de données nettement plus rapide, le système peut aussi être utiliser pour optimiser les chargements et déchargements.

Autre compétiteur de la catégorie logiciel, Still propose sa plateforme web de gestion de flotte neXXt fleet. Transmises manuellement ou envoyées automatiquement via un module GSM en option, les données des chariots sont accessibles via n’importe quelle interface web. Neuf « apps » permettent d’analyser les données sous l’angle économique et technique (suivi des coûts, du taux d’usage, des heures de service, etc.) et de lancer des alertes.

Autre « constructeur-éditeur » en lice, Jungheinrich soumet au jury son système d’assistance aux conducteurs de chariots ZoneCONTROL. Utilisant une ou plusieurs balises radios placées dans l’entrepôt (transmission en UWB), le système avertit le conducteur de dangers et restrictions via un écran communiquant installé dans la cabine ou via des dispositifs fixes tels que des feux circulation. ZoneCONTROL peut aussi ralentir le chariot si une vitesse limite est dépassée ou encore déclencher l’ouverture d’une porte.

Prix spécial : réalité virtuelle à l’honneur

Les deux candidats de la catégorie « prix spécial » ont développé chacun un logiciel 3D, pour des applications bien distinctes. Le fabricant de chariot américain Raymond (filiale de Toyota) propose un simulateur de conduite pour former et évaluer des conducteurs. Un casque de réalité virtuelle reproduit l’environnement de travail et affiche également les mains du conducteur. Particularité de cette simulation, elle s’effectue sur un chariot de série de la marque, les données des commandes étant transmises via un port ad hoc équipant les engins (sPort). Revers de la médaille, la formation n’est possible qu’avec des chariots de la marque. Bien que non commercialisée en Europe, cette solution peut faire partie des gagnants, le prix IFOY n’a pas de frontière.

En face, l’éditeur SAE propose un logiciel de configuration-prix-devis (configure price quote) dédié à la conception de produits et systèmes intralogistiques. Du chariot élévateur au rayonnage, chaque élément qui compose les équipements d’un entrepôt peut être configuré et visualisé en 3D. Le logiciel peut alors calculer le prix de la configuration retenue directement à partir des données contenues dans un ERP. Une solution qui intéressera en particulier les fournisseurs d’équipements d’intralogistique pour établir rapidement leur devis.

Start-up : confort synonyme de productivité

Enfin, catégorie de prix introduite cette année, la start-up de l’année récompensera une de ces jeunes poussent qui jouent des coudes avec les industriels de l’intralogistique. Premier candidat, Proglove a conçu le gant intelligent « Mark » doté un lecteur de code-barre miniaturisé qui remplace le classique scanner douchette. Les opérateurs gardent ainsi constamment les deux mains libres. Compte tenu du grand nombre de scans à effectuer, le dispositif procure un gain d’efficacité et d’ergonomie substantiel. Commercialisé depuis 2016, le produit a déjà séduit une liste impressionnante d’industriels, tels que BMW, Audi, IKEA ou encore un fabricant automobile français.

Seconde start-up en lice, Trône Seating présente un siège électrique à mémoire spécialement conçu pour les chariots. Il embarque une technologie complexe au service de l’ergonomie, avec suspension pneumatique et de plusieurs micro-moteurs permettant d’ajuster la position, le tout étant mémorisable pour chaque conducteur et pilotables via mobile. Le prix sera en conséquence du niveau de confort proposé, ce qui peut aller à l’encontre de la chasse aux coûts en matière de chariots.

Les candidats aux IFOY 2019 par catégorie de prix :

(fiches techniques en anglais)
Chariots à contrepoids

Engins de magasinage

AGV & robots intralogistiques

Logiciels d’intralogistique

Prix spécial

Start-up de l’année

Le magazine et les hors-séries

Stratégies Logistique 176 - Avril / Mai 2019

Stratégies Logistique n°176 est paru.

Hors-série n° 18 - Retail Chain

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement Retail Chain, qui s’est tenu à Paris le 10 avril 2019.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.

Hors-série n°17 - World Class Logistics

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement World Class Logistics, qui s’est tenu à Paris-La Défense le 5 décembre 2018.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.