Accueil / Environnement /

Les chargeurs doivent s’engager

, par Iwen Layec

L’AUTF et l’Ademe ont fait un point d’étape du programme FRET21 et espèrent désormais multiplier les engagements auprès des chargeurs.

A l’image de la démarche « Objectif CO2 » pour le transport routier, FRET21 est un programme d’engagement volontaire destinés aux chargeurs. Objectif : les aider à réduire les émissions de gaz à effet de serre liées à leurs transports. _ Lancée par l’Ademe et l’AUTF avec le soutien du Ministère chargé de l’écologie, la démarche est construite autour d’un outil informatique permettant au chargeur d’évaluer les émissions de gaz à effet de serre liées à ses transports et d’évaluer les gains à attendre par la mise en œuvre d’actions spécifiques. Des « fiches actions » complètent le dispositif pour aiguiller les chargeurs dans leurs choix.
Pour s’engager dans la démarche, les chargeurs doivent évaluer leurs émissions actuelles et définir un périmètre d’actions. Ils doivent ensuite s’engager, sur trois ans, à mettre en œuvre au moins trois actions sur trois des quatre axes de travail de la démarche, à savoir le taux de chargement, la distance parcourue, les moyens de transport et les achats de transport.
Quels résultats pour la phase de lancement ?
Lancée en mai 2015, une phase d’expérimentation a permis de tester le programme auprès de dix entreprises volontaires [1]. La conférence organisée début février par l’Ademe et l’AUTF a ainsi permis de faire un point d’étape de la démarche, d’évoquer l’avancement des chargeurs engagés et d’annoncer les prochaines étapes.
Sur les deux années passées, l’Ademe évalue à 75.000 tonnes les émissions annuelles de CO2 économisées par l’ensemble des chargeurs engagés, soit un gain de 7,5% par rapport à 2015. Après cette phase de test et pour crédibiliser la démarche, les partenaires ont décidé de fixer un objectif minimal de 5% d’émissions de gaz à effet de serre en moins sur trois ans pour pouvoir s’engager.
La matinée était aussi l’occasion pour les premiers chargeurs engagés de faire un retour sur les gains obtenus et sur les actions mises en œuvre. Le groupe de produits d’hygiène et forestiers SCA a ainsi annoncé avoir atteint 80% de l’objectif de réduction des émissions qu’il s’était fixé, à savoir 5% en trois ans. Parmi les actions engagées : l’optimisation des schémas de distribution, l’adaptation des produits (produits d’hygiène en format « compressé » par exemple), la refonte des plans de transport ou encore du report modal, avec l’utilisation du fer.
Pour Renault, qui s’est engagé sur un objectif de 7% sur trois ans, la réflexion en interne a mené à des optimisations importantes. Outre les solutions déjà éprouvées du multimodal, le groupe a lancé une démarche de diagnostic énergétique auprès de ses transporteurs. Un critère dédié est aujourd’hui intégré aux appels d’offre. Autre démarche engagée par le constructeur : l’optimisation de ses chargements. Certains pots d’échappement ne sont désormais plus soudés par les équipementiers mais en usine, pour maximiser les chargements des véhicules et des conteneurs.
Pour Carrefour, l’objectif du distributeur a été fixé à 10% d’émissions en moins sur trois ans. Parmi les actions mises en œuvre : la refonte de l’organisation logistique avec des entrepôts multi-formats, la mutualisation, le développement du biométhane ou encore un partenariat concret avec ses transporteurs.
De son côté, Air Products a travaillé avec ses clients pour réviser la fréquence de ses livraisons et ses plans de transport. Ce qui a permis au distributeur de gaz industriel de réduire de 10% sa flotte de véhicules. Autre action mise en œuvre : l’homologation pour la France d’une semi-remorque autrichienne dont le poids est réduit de deux tonnes.
Dernier intervenant de la matinée, le groupe Hénaff a mis en avant son travail dans le cadre du GIE Pointe de Bretagne, permettant aux chargeurs bretons de mutualiser leurs transports. Quinze entreprises livrent aujourd’hui ensemble quatre enseignes de distribution. Par les actions mises en œuvre, le groupe charcutier prévoit de réduire de 10% ses émissions d’ici fin 2017.
Des objectifs qui restent ambitieux
Il n’en reste pas moins que l’objectif des partenaires quant à la diffusion de la démarche reste ambitieux : parvenir à 1.000 chargeurs engagés d’ici 2020. Pour y parvenir, l’Ademe et l’AUTF vont proposer des sessions de formation tout au long de l’année 2017. Ces sessions permettront aux chargeurs intéressés de maîtriser les principales étapes de la démarche et d’aborder concrètement le fonctionnement des outils. A noter enfin : l’Ademe a évoqué qu’une démarche similaire était en cours de réflexion avec les commissionnaires.


[1Air Products, Carrefour, Coca Cola Entreprise, Ferrero, Fleury Michon, Hénaff, Orrion Chemicals Orgaform, Placoplatre (groupe Saint Gobain), Renault et SCA

Le magazine et les hors-séries

Stratégies Logistique 164 - Avril / Mai 2017

Stratégies Logistique n°164 est paru.

Hors-série n°12 - Retail Chain

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement Retail Chain, qui se tiendra à Paris - La Défense le 25 avril 2017.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.

Hors-série n°11 - World Class Logistics

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement World Class Logistics, qui s’est tenu à Paris - La Défense le 13 décembre 2016.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.