Accueil / Traçabilité /

Une révolution par l’image

, par Gilles Solard

Cognex sort un produit, le Dataman 500, censé révolutionner la lecture rapide des codes à barres 1D ou 2D dans les entrepôts.

Pour lire un code à barres dans un entrepôt logistique, il n’y avait jusqu’à maintenant qu’une seule technologie à disposition : la lecture laser. La vision industrielle, elle, était « cantonnée » aux applications industrielles de contrôle qualité et aux ateliers de conditionnement.
Or les technologies évoluent et Cognex va pouvoir envahir le monde de la logistique d’où il était jusqu’à maintenant en grande partie exclu pour des raisons de coût mais aussi et surtout, de rapidité. Pourquoi la vision pour lire un code à barres ? Parce qu’il présente de nombreux avantages sur le traditionnel imageur laser. Pour comprendre, il suffit de se remémorer votre dernier passage en caisse d’un supermarché, les difficultés de la caissière à « biper » l’EAN 13 du produit et les files d’attente qui s’ensuivent.
Certes la lecture laser d’une caisse dans la grande distribution est assez basique, voire rudimentaire. Mais même plus évoluée, cette elle se heurte à des limites physiques : les codes à barres difficiles à lire parce qu’ils ont été mal imprimé, que les codes sont endommagés, rayés, que le contraste est trop faible ou qu’un reflet gêne la lecture. L’imageur ne permet en outre pas une lecture omnidirectionnelle, ne lit pas les codes à barres 2D et ne permet pas le retour d’image du code défectueux. Et vous aurez l’image un peu brouillée de cette technologie pourtant couramment répandue dans les entrepôts.
La vision industrielle s’est de son côté heurtée à deux inconvénients majeurs : le prix et la vitesse. A 60 images par seconde, la lecture du meilleur des appareils de vision est loin d’être bonne et ne correspond pas aux cadences des systèmes de tri. D’où l’idée de Cognex de mettre au point une puce électronique adaptée aux applications logistiques. Intitulé « visual system on chip » (VSoC), elle permet de lire la bagatelle de 1000 images par seconde ! L’intérêt est que cette lecture est omnidirectionnelle, même avec des angles compliqués de lecture. Un seul système suffit par exemple pour lire au dessus et sur le côté d’un colis par exemple. Son système d’acquisition de l’image lui permet de chercher la meilleur prise de vue du code lors de son passage et la lentille liquide de l’optique permet également une mise au point automatique : pratique pour de la dépalettisation lorsque les colis n’ont pas tous le même niveau par exemple.
Résultat des courses : Dataman 500 peut traiter les codes à barres à une cadence de 90 unités par seconde, ce qui correspond aux applications les plus sévères de la logistique actuelle (tri du courrier). Outre la lecture, il peut réaliser du contrôle dimensionnel ou de qualité comme le bon positionnement d’un code. Son optique est interchangeable. Enfin, cette solution permet de restituer visuellement le résultat et de repérer les mauvais codes.
Avec ce matériel, Cognex augmente donc de 50% au minimum les performances de l’ancienne génération (Datama 200), ce qui lui ouvre les portes des entrepôts : systèmes de tri ou de préparation de commandes. Son prix moyen, de l’ordre de 4 000 euros, peut sembler plus dissuasif. Mais c’est un investissement dans l’amélioration de la qualté de lecture, donc du taux de service. Il est clair que des industries comme les laboratoires pharmaceutiques (codes Datamatrix), le e-commerce ou l’agroalimentaire ne pourront désormais plus être indifférent à une technologie nouvelle qui vient bouleverser le marché traditionnel de la traçabilité.

Le magazine et les hors-séries

Stratégies Logistique 185 - octobre / novembre 2020

Stratégies Logistique n°185 est paru.

Supplément SIMI 2019

Téléchargez ce supplément consacré à l’immobilier logistique et au salon SIMI, qui s’est tenu à Paris du 11 au 13 décembre 2019.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.

Hors-série n° 18 - Retail Chain

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement Retail Chain, qui s’est tenu à Paris le 10 avril 2019.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.