Accueil / Transport /

Bayer, Adeo, EDF et Eco-Systèmes partagent leurs expériences fluviales

, par Erick Demangeon

Rendez-vous annuel de Voies navigables de France (VNF), Riverdating a consacré une conférence sur l’emploi du fluvial par les chargeurs le 2 décembre. L’occasion de rappeler que des aides sont disponibles pour encourager le report modal vers la voie d’eau.

Le coup d’envoi de la conférence Riverdating consacrée aux retours d’expériences fluviales a été donné par Violaine Lafond de Bayer. Chez l’industriel, la voie d’eau intervient dans le cadre de flux conteneurisés import-export de produits chimiques classés dangereux. « Sur les bassins Seine et Rhône-Saône, Bayer transporte entre 500 et 600 EVP par an. Le fluvial est utilisé dès qu’il est possible de l’intégrer dans nos délais de livraison. Il est aussi l’un des leviers de notre objectif de neutralité carbone fixé à 2030 et de notre engagement dans Fret21 », précise la responsable logistique. Parmi ses recommandations, elle insiste sur l’importance de s’entourer d’experts de la voie d’eau citant, dans le cas de Bayer, VNF, Lyon Terminal, Medlink et des transporteurs fluviaux. Violaine Lafond évoque aussi « un travail interne de communication et de sensibilisation à la voie d’eau par des réunions et visites de sites, portuaires par exemple, pour lever les éventuels a priori sur le fluvial ».

15 % moins cher que la route

Confirmant que la voie d’eau peut être un maillon d’une chaîne « juste-à-temps » par une meilleure anticipation des flux, Olivier Martinot d’Adeo Services (Leroy Merlin, Alice Delice, Weldom, Bricoman…) a valorisé le mode pour son offre massifiée. « Nous utilisons le fluvial dès que nous le pouvons, la route et le rail étant pour nous des modes alternatifs. En 2019, nous avons transporté 12 000 EVP par voie d’eau ». Le responsable Transports et Douanes justifie également cette stratégie pour des raisons économiques : « le prix du fluvial est 15 % moins cher que la route ». Pour garantir cet avantage compétitif dans le temps, Olivier Martinot souligne la « nécessité de maintenir les aides aux ruptures de charge via l’aide au coup de pince ».

Mutualiser les flux entre chargeurs

Troisième temps de la conférence, l’intervention de Christian Andrieux d’EDF a rappelé la capacité de la voie d’eau à acheminer des colis exceptionnels par leur poids et/ou leurs dimensions. « Pour des colis jusqu’à 400 tonnes, il n’y a parfois que la solution fluviale couplée à des pré et post acheminements routiers exceptionnels ». Là encore, le délégué Métier Logistique d’EDF rapporte que le principal frein à l’utilisation de la navigation intérieure «  est lié aux ruptures de charge car tous les quais ne sont pas équipés de portiques de manutention ». Engagé dans un objectif de neutralité carbone, l’électricien indique en outre que les émissions de CO2 générées par les systèmes de manutention bord à quai à déployer alors (grue mobile de fort tonnage par exemple) sont supérieures aux gains obtenus par le fluvial. Une alternative roulière existerait mais « les seuls flux d’EDF ne suffisent pas à lancer de tels investissements sauf à les mutualiser avec d’autres chargeurs ».
Telle est l’approche mise en œuvre par Eco-Systèmes. Clôturant la conférence, Gilles Daenen de l’éco-organisme spécialisé dans la valorisation des déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE), et président de la commission fluviale de l’AUTF, a présenté une logistique mutualisée sur la Seine entre Rouen et Gennevilliers. De Normandie vers l’Ile-de-France, les barges transportent des DEEE à destination de centres de traitement franciliens. Au retour, les mêmes barges sont chargées de papiers usagés. Couplées à des trajets routiers « courte distance », ces rotations fluviales optimisées font intervenir Eco-Systèmes, Veolia, Valdelia, UPM…et des conteneurs 45 pieds « tautliner » conçus spécifiquement. « Chaque année, ce sont près de 3 000 poids lourds évités sur les routes grâce à cette logistique fluviale », note Gilles Daenen.

Aides financières

A l’instar d’Adeo Services, Eco-Systèmes souligne l’importance de l’aide au coup de pince ainsi que des subventions permettant d’innover à l’image du conteneur 45 pieds « tautliner ». Moyens aussi de relever les enjeux d’EDF dans la conception de solutions roulières bord à quai, plusieurs dispositifs financiers publics et privés existent. VNF s’est engagé le 16 octobre dernier à recenser l’ensemble de ces aides, à jouer le rôle « de guichet unique » pour celles publiques et de porteur de projets pour les dispositifs financiers privés.

Le magazine et les hors-séries

Stratégies Logistique 189 - juin / juillet 2021

Stratégies Logistique n°189 est paru.

Supplément SIMI 2019

Téléchargez ce supplément consacré à l’immobilier logistique et au salon SIMI, qui s’est tenu à Paris du 11 au 13 décembre 2019.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.

Hors-série n° 18 - Retail Chain

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement Retail Chain, qui s’est tenu à Paris le 10 avril 2019.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.