Accueil / Transport /

Le camion connecté selon Mercedes Benz

, par Erick Demangeon

Fiable et disponible, le camion idéal roulerait sans jamais tomber en panne, voire sans presque s’arrêter. Les constructeurs mettent aujourd’hui sur le marchés des véhicules utilisant les nouvelles technologies qui en font désormais des machines connectées à l’ensemble de la supply-chain. Mercedes Benz vient de présenter à Paris sa propre solution : Uptime.

Si la remontée d’informations depuis un camion n’est pas une nouveauté, l’Internet des Objets (IoT) couplé aux technologies Big Data ou le traitement des données en très grande quantité changent la donne.
A une information géolocalisée et horodatée brute pour optimiser les parcs, conducteurs et consommations succède une donnée à valeur ajoutée, travaillée et analysée par des algorithmes informatiques.
Lesquels reposent sur des règles statistiques et des calculs de probabilités. Affinée avec le temps selon le principe du Machine Learning, cette donnée « intelligente » investit les transports.
Le tranport routier n’est pas en reste avec plusieurs objectifs : approfondir la connaissance du fonctionnement des véhicules tout au long de leur vie pour optimiser taux disponibilité, rendement, entretien et augmenter le nombre des immobilisations planifiées et réduire celui des imprévues.

Elle ouvre la voie à de nouvelles formes de maintenance appelées connectée, flexible, plus prédictive plus performantes et complémentaires des approches correctives et préventives actuelles.

Truck Data Center, cœur du système

Chez Mercedes-Benz, les recherches dans ces domaines remontent à une quinzaine d’années et ont donné naissance à la solution Uptime. Ses premiers pilotes en conditions réelles ont été lancés dès 2013. Travail de longue haleine, c’est en mars 2017 que le constructeur a officialisé sa commercialisation après avoir ajouté de série à bord de ses véhicules la nouvelle centrale d’information « Truck Data Center ».
Cette dernière dialogue avec tous les systèmes embarqués du véhicule et les serveurs de la marque basés à Wörth am Rhein en Allemagne.
« Le hardware mesure à tout moment le pouls du camion grâce à 400 capteurs et calculateurs connectés. Cette surveillance technique couvre sa télématique, tachygraphe compris, ses composants d’entraînement dont le moteur, la boîte de vitesses, le système de dépollution ainsi que les niveaux de fluides, AdBlue inclus, et les équipements de son châssis », explique Medhi Dupuis, chargé du développement connectivité chez Mercedes-Benz Trucks France.

Le véhicule et son attelage

Le périmètre de mesure et de remontée des données englobe aussi les remorques et semi-remorques attelées via leur prise classique.

JPEG - 62.7 ko
Medhi Dupuis, chargé du développement connectivité chez Mercedes-Benz Trucks France « En France, Mercedes-Benz déclare le suivi de 1 200 camions (15 000 en Europe) répartis au sein d’une centaine d’entreprises de transport »
Photo ED

Dans une première étape opérationnelle depuis mars 2018, quelques systèmes principaux de la remorque ou semi-remorque, quel que soit leur type, sont suivis : « alimentation en air du frein et de la suspension pneumatique, actionnement du frein et de la prise de la remorque et la pression des pneumatiques.
Si une fuite se produit dans le circuit de freinage pneumatique par exemple, elle est détectée et signalée à la plateforme de connectivité Truck Data Center »
.
Ces fonctionnalités dépendent toutefois de l’équipement du matériel attelé : système de freinage électronique, moniteur d’alimentation en air comprimé, capteurs de pression des pneus etc.

Assistant de maintenance « courante »

La solution Uptime remplit donc 3 fonctions principales : prévenir les pannes et les immobilisations imprévues, gérer et planifier de façon anticipée les réparations et maintenances, assister en temps réel les clients pour suivre et mener leurs travaux d’entretien « mineurs ».
En France, Mercedes-Benz revendique le suivi de 1 200 camions (15 000 en Europe) répartis au sein d’une centaine de d’entreprises de transport.

Remontées et analysées par ses algorithmes et data-scientists à Wörth am Rhein, les données collectées sont à l’origine de nouveaux services.
Au moyen d’un portail clients Uptime dédié, « des recommandations et instructions concrètes sont fournies. Autour d’actions simples mais aux conséquences graves si reportées ou non réalisées, elles permettent d’éviter des passages à l’atelier, des coûts de réparation et des immobilisations inutiles.

Effectuées directement par le client, ces recommandations à partir du suivi de l’exploitation du véhicule concernent par exemple la régénération manuelle du filtre à particules diesel, l’appoint de consommables tels que l’AdBlue ou la pression des pneumatiques ».

Anticiper les pannes

Ce premier niveau est complété par une information sur les maintenances et réparations à programmer transmises à l’atelier SAV de la marque choisi par le transporteur avec des plans d’actions recommandés. « Sur la base de ces informations, l’atelier prépare une offre globale incluant les maintenances et réparations déjà planifiées plus celles détectées à partir des informations remontées des véhicules en temps réel.
Le rendez-vous en atelier du transporteur est optimisé en intégrant l’exploitation du véhicule, en commandant les pièces nécessaires en amont et en planifiant les ressources nécessaires aux interventions »
.

Résultat selon Medhi Dupuis : « le véhicule séjourne moins longtemps à l’atelier ».
Lorsqu’un risque aigu de panne est détecté, le centre d’assistance à la clientèle (CAC) de Mercedes-Benz basé à Maastricht aux Pays-Bas est immédiatement informé. « Il alerte le contact spécifié par le transporteur, l’informe du plan d’actions recommandé et des options proposées pour éviter la panne ».
Si des réparations immédiates sont nécessaires, un arrêt dans un atelier situé le long de l’itinéraire du camion est convenu. Le CAC identifie alors les ateliers les mieux placés selon leurs ressources disponibles et les pièces requises pour réaliser la réparation.

ROI en quelques chiffres

A date, Mercedes-Benz déclare pouvoir détecter un risque de panne aigu 50 h avant sa survenance et jusqu’à 3 semaines pour les réparations à réaliser en sus des rendez-vous d’entretien classiques en ateliers.
Dans ces derniers, des référents « connectivité » ont été formés à la solution Uptime depuis 2014.
Sur la base des messages remontés par la flotte française suivie, les trois-quarts ont engendré des recommandations directes aux transporteurs pour des travaux d’entretien « mineurs » et un quart a été destiné aux ateliers pour planifier de façon anticipée des réparations identifiées. « Seul 1 % a fait intervenir le CAC ».

La solution Uptime est commercialisée de différentes façons. Lors de l’achat d’un véhicule neuf assorti d’un contrat de service Complete, elle est gratuite pendant 60 mois. Elle est facturée sinon 12 € par mois et par camion en sus d’un contrat de service Complete, de 1 à 4 € pour les transporteurs déjà clients de la plateforme FleetBoard d’informatique embarquée de la marque, et 22 € si vendue seule.
En contrepartie, le constructeur évalue les bénéfices au travers du prolongement des intervalles de maintenance à plus de 150 000 km, la baisse des immobilisations et la réduction des coûts de maintenance à hauteur de 10 %.

Le magazine et les hors-séries

Stratégies Logistique 178 - septembre 2019

Stratégies Logistique n°178 est paru.

Hors-série n° 18 - Retail Chain

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement Retail Chain, qui s’est tenu à Paris le 10 avril 2019.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.

Hors-série n°17 - World Class Logistics

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement World Class Logistics, qui s’est tenu à Paris-La Défense le 5 décembre 2018.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.