Accueil / L’invité /

Entretien Avec Pascal Muh, responsable logistique distribution et transport de BSH

« A long terme, c’est un outil de différentiation considérable »

, par Gilles Solard

Pascal Muh, responsable logistique distribution et transport de Bosch Siemens Electroménager, est le premier invité du nouveau site de « Strategieslogistique.com ». C’est lui qui fait la couverture du numéro 121 de SL dans le cadre d’un dossier sur l’intermodalité.
Pourquoi ? Parce qu’il veut réussir sur le fleuve à réaliser de la distribution urbaine ce qu’il a tenté avec succès avec le ferroviaire depuis 12 ans. Il s’attaque ainsi avec un énorme dossier où personne, armateur, transitaire ou chargeur, ne veut être le premier à sauter le pas. Lui, si.
Cette tribune va d’ailleurs lui permettre peut-être de faire avancer ce shmilblic : si vous vous sentez concerné par le propos, vous pouvez en effet lui répondre et engager ainsi un débat qui peut emmener loin tout le monde… pourvu que ce soit en bateau !

Mesdames, messieurs, à vos claviers !

Stratégie Logistique : « Quels sont les défis à relever pour pratiquer de la distribution urbaine ? »
Pascal Muh : « Il s’agit d’utiliser le fleuve en dehors de sa zone de pertinence habituelle, à savoir le transport de produits pondéreux comme les matériaux de construction sur longue distance. Lorsque j’ai commencé le transport combiné il y a 12 ans, il y avait des modèles sur lesquels s’appuyer.
Avec le fluvial, il n’existe aucun modèle. Il faut tout créer mais il faut vite parce que ce mode de transport est vite saturable. Les péniches ont une capacité maximale d’embarquement. Mais à long terme, c’est un outil de différentiation considérable. »

SL : « Pourquoi vouloir à tout prix réaliser de la logistique fluviale urbaine ? »
P.M. : « L’accès aux grandes agglomérations est de plus en plus difficiles
Il faut se rendre à l’évidence que le prix du transport routier va augmenter dans les années qui viennent avec la taxe carbone et la taxe kilométrique. D’autre part, ce mode de transport est environnemental : moins de CO2, moins de bruit et moins de pollution visuelle. Ensuite, avec le transport routier, vous perdez du temps pour accéder à la Capitale. Enfin il s’agit d’anticiper sur ce que sera la législation sur les livraisons à Paris dans quelques années. Je pense que ces raisons suffisent en elles-mêmes. »

SL : « Quelles solutions avez-vous envisagé pour la logistique du dernier kilomètre ? »
P.M. : « Pour l’arrivée à Paris, on ne peux pas compter sur un équipement de déchargement fixe... Il existe donc deux solutions : premièrement, le système ro-ro (roll on-roll off) ou le véhicule de livraison est posé dans la barge. Il existe également une autre solution vers laquelle nous nous dirigeons qui est celle d’une gestion de la caisse mobile. Il faudrait une caisse plus petite que 20 pieds, à 12 pieds (3,9 m), avec une grue posée sur la barge pour décharger les marchandises. Le fabricant Mercurius fabrique de tels bateaux pour la Hollande. Le matériel existe donc mais il n’est pas encore utilisé en France parce qu’il n’y a pas assez de volume. »

SL : « Et l’offre de transport n’existe pas vraiment… »
P.M. : « Ce serait bien en effet qu’il y ait une vraie offre fluviale. Il faudrait qu’un logisticien se prenne en main pour proposer une vraie offre structurée en distribution, fonctionnant toute l’année. Il faut que celle-ci devienne un outil industriel aussi pour la distribution car le fluvial est pour l’instant, à quelques exceptions près, le prolongement du transport maritime. »

Les questions des lecteurs

  • Bonjour,
    Je pense que toutes ces solutions ne sont que des pansements sur des fractures. En effet, comme dit dans l’article, le fluvial, à Paris notamment est vite saturable, cela nécessite de créer des infrastuctures sur les quais, notamment dans le centre, à un moment où l’on parle plutôt de fermer l’accès des voies sur berges à la circulation. Et enfin, le fleuve sépare la ville en deux, ce qui implique de toute façon, une distance encore trop longue pour approcher les points de déchargment. Non, honnêtement, à part pour les transports de matériaux, approche chantier ou gros volumes, je ne crois pas au fluvial en distribution urbaine.

    En revanche, je pense que la solution qui mériterait d’être vraiment explorée en France (comme c’est le cas en Hollande par exemple) est l’utilisation des réseaux de transports en communs pour acheminer des marchandises. La France bénéficie dans la plupart des grandes métropoles d’un réseau dense de metros / tramways. Pourquoi ne pas imaginer des solutions pour intercaler des rames de marchandises entre des rames voyageurs ou l’utilisation nocturne des réseaux. Imaginons un certain nombre de rames de métro / tramway permettant de transporter des caisses mobiles voire des véhicules de distribution électriques (un certain nombre de VUL de petit encombrement existent aujourd’hui sur le marché), certaines stations judicieusement choisies équipées d’un systême de transbordement ou de levage) et au final des marchandises qui arrivent au coeur de la ville. De surcroit, cela offrirait une source de revenus non négligeable pour les sociétés de transport en commun, financées aujourd’hui uniquement par les fonds publics et les usagers.

Votre question

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Vous
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Le magazine et les hors-séries

Stratégies Logistique 178 - septembre 2019

Stratégies Logistique n°178 est paru.

Hors-série n° 18 - Retail Chain

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement Retail Chain, qui s’est tenu à Paris le 10 avril 2019.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.

Hors-série n°17 - World Class Logistics

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement World Class Logistics, qui s’est tenu à Paris-La Défense le 5 décembre 2018.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.