Accueil / Transport /

Le port de Tanger inaugure un second terminal à conteneurs

, par Hervé Deiss

Le port de Tanger Med vient d’inaugurer un second terminal à conteneurs qui augmentet sa capacité de 6Millions d’EVP. Tanger Med veut entrer dans le top 20 des ports mondiaux et confirmer sa place de premier port africain.

Le royaume du Maroc a inauguré le nouveau terminal de Tanger Med le 28 juin dernier. Le projet de ce second terminal avait été lancé en 2008, dès l’ouverture du terminal Tanger Med 1. Le port ajoute aujourd’hui une capacité supplémentaire de 6Milions d’EVP à son port.

Une extension qui vient à point

En 2018, le port a réalisé un trafic de 3,5 MEVP. « Nous avons frôlé la surcapacité puisque Tanger Med 1 est dimensionné pour un volume de 3MEVP » explique Hassan Abkari, directeur général adjoint de Tanger Med Port AuthorityTanger.
Med 2 se divise en deux nouveaux terminaux, le TC3 et le TC4, chacun disposant d’un linéaire de quai de 800 m et de 40 hectares de parc à conteneurs. Le TC3 a été concédé à un consortium formé par Marsa Maroc, Eurogate et Contship. Le terminal sera opérationnel au mois de novembre. Le TC4 a été attribué, à la filiale manutention du groupe Mærsk, APM Terminals. Ce terminal est opérationnel depuis le mois de juin.

En 2018, le trafic de Tanger Med a été principalement dominé par des opérations de transbordement. Le trafic domestique entre pour 12% seulement du global quand les transbordements représentent 88%. A l’origine du nouveau port était l’idée qu’à lui seul, il n’apporterait rien au pays sans les activités industrielles qui l’accompagnent.

Ces zones qui sont des zones franches destinées à favoriser l’implantation logistique occupent aujourd’hui 1600 hectares sur les 5000 hectares que le pays a destiné à cette vocation. Elles sont gérées par l’Agence foncière de Tanger Med, une filiale de Tanger Med, en charge de la construction des entrepôts et de leur location.

Des zones par métier

En juillet 2019, 912 entreprises étaient installées sur ces espaces industriels et logistiques. Les zones sont regroupées par métier. Dans le pôle logistique on trouve des groupes comme DHL, Nippon Express, Bolloré. La distribution est présente au travers d’enseignes comme Décathlon, Adidas dont les centres logistiques desservent les destinataires locaux et réalisent des opérations de cross docking pour le tout le marché nord africain.

Du fait du port, la région de Tanger est aussi devenue une zone majeure pour la production automobile. Dès la construction de Tanger Med1, le groupe Renault avait construit une usine reliée au port par une ligne de chemin de fer à à Melloussa à quelques kilomètres dans l’arrière pays.
Depuis 2012, le groupe français y produit des Lodgy, des Sandero 2, des Dokker et des Logan 2 MCV. Pour permettre au groupe automobile d’exporter sa production, le port a même construit un terminal roulier avec 13 hectares de parking concédé à STVA.

Hub méditerranéen

Ce terminal exporte la production marocaine et joue aussi un rôle de hub. « nous sommes devenus le premier port africain automobile », affirme Hassan Abkari.
Le concessionnaire du terminal auto prévoit aujourd’hui de créer un silo à voitures pour stocker 5000 unités.

En créant la Tanger Automotive City, une zone dédiée à la filière automobile, le port entend renforcer son influence dans ce secteur. En 2019, 28 entreprises ce sont installées sur la zone, en grande partie des sous- traitants de Renault.

« 90% des entreprises sur notre zone, soit environ 50 sociétés, interviennent dans la production des unités produites à Melloussa », indique Imane Agzenay Biyout, directrice du développement de Tanger Automotive City.

Ces sociétés exportent aussi une partie de leur production vers l’Europe et les États-Unis. D’autres sociétés implantées dans la Tanger Automotive City développent leur activité dans l’équipement automobile mais aussi dans l’électronique et les énergies renouvelables : Hands Corporation, société sud coréenne spécialisée dans les jantes en aluminium, ZTT, société chinoise spécialisée dans les télécoms, le japonais JTeckt dans les composants automobiles, mais aussi Siemens pour la construction de pales d’éoliennes.

« À l’origine, nous avons accueilli des sociétés françaises et espagnoles. Aujourd’hui nous voyons des sociétés asiatiques prendre des positions », continue la directrice du développement.

Situé à l’entrée de la Méditerrannée Tanger Med, un port créé de toutes pièces, a réussi à trouver sa place dans les flux de conteneurs et les flux logistiques dans le détroit de Gibraltar.

Tanger Med 3

Avant de créer un Tanger Med 3, le Roi Mohammed VI a décidé de créer Nador West Med, un port qui se situera beaucoup plus à l’est de Tanger sur la commune de Nador. « Sur le détroit le trafic conteneurisé est estimé aux environs de 20MEVP. Algésiras et Tanger Med réalisent à eux deux 17MEVP. Notre projet sur Nador devrait donc permettre de répondre à une demande pour les 3MEVP restants » indique Hassan Abkari.

Si le projet portuaire de Nador est avant tout centré sur les vracs comme le charbon, les minerais et les hydrocarbures, il aura aussi une fonction industrielle. Il disposera d’un terminal pour les marchandises diverses et d’une nouvelle zone industrielle.

« La logistique au Maroc est perçue comme un élément de structuration du territoire. Nador West Med permettra la création de 75 000 emplois et le désenclavement géographique de cette région », assure le directeur général adjoint.

Le système portuaire marocain

Les ports marocains sont gérés par l’ANP (Agence nationale portuaire) qui regroupe l’ensemble des établissements nationaux, à l’exception de Tanger Med qui est géré par une structure indépendante dont le capital appartient au royaume, Tanger Med Special Agency. Tanger Med regroupe la majorité du trafic conteneurisé marocain avec 3,5MEVP qui se répartissent à hauteur de 88% pour du transbordement et de 12% pour le trafic domestique. Les autres ports du Maroc ont réalisé en 2018 un trafic de 1,2MEVP. Casablanca emporte la majorité de ces trafics avec un trafic dépassant de 35 000 unités le million d’EVP en 2018. Agadir accueille le solde, soit un peu moins de 170 000 EVP. Le port de Casablanca dispose de deux terminaux à conteneurs dont l’un appartient à Marsa Maroc, société de manutention privée héritière de l’ancienne agence de gestion des ports entrée en bourse en 2016, et l’autre à Somaport, filiale du groupe CMA CGM. 

Le magazine et les hors-séries

Stratégies Logistique 178 - septembre 2019

Stratégies Logistique n°178 est paru.

Hors-série n° 18 - Retail Chain

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement Retail Chain, qui s’est tenu à Paris le 10 avril 2019.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.

Hors-série n°17 - World Class Logistics

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement World Class Logistics, qui s’est tenu à Paris-La Défense le 5 décembre 2018.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.