Numéro spécial « Logistique » en kiosque

Le magazine Challenges et Stratégies Logistique co-signent un hors-série.

Découvrir

Accueil / Environnement /

Information GES transport : Boulanger fait le bilan de la plateforme EVE

, par Erick Demangeon

Consolider les gaz à effet de serre émis lors des transports est une opération complexe pour les chargeurs. Gratuite et accessible à tous, la plateforme d’échange de données environnementales du programme EVE la simplifie comme en témoigne le distributeur Boulanger. Encore faut-il que les transporteurs y adhèrent.

Lancée par l’ADEME à l’été 2020 dans le cadre du programme Engagements volontaires pour l’environnement (EVE), la plateforme d’échange des données environnementales « Transport » a été conçue pour faciliter la transmission d’informations entre chargeurs, commissionnaires et transporteurs. Elle s’adresse à toutes les entreprises, engagées ou non dans les dispositifs Objectif CO2, Fret21 ou EVcom. A ce jour, 920 entreprises utilisent ses services gratuits, dont 750 transporteurs et commissionnaires, et 170 chargeurs.
Parmi ces chargeurs, Boulanger a présenté ses avantages et améliorations attendues lors d’un webinaire organisé le 22 mars par le programme EVE. Sa logistique aval en France, qui couvre 190 magasins et ses ventes e-commerce, s’appuie « sur 13 entrepôts et plateformes ainsi que sur 38 transporteurs, les trois-quarts étant chartés ou labellisés Objectif CO2 », précise Claude Finet. Le responsable conformité – process - RSE transport de Boulanger encourage l’emploi de la plateforme « pour simplifier tout d’abord l’envoi et le partage des informations sur les gaz à effet de serre (GES) lors des transports ».

Une utilisation perfectible

Depuis 2013, conformément à l’article L.1431-3 du code des Transports, les transporteurs et commissionnaires ont l’obligation d’informer leurs clients sur la quantité de GES émise par le ou les modes utilisés pour réaliser leurs expéditions. «  Auparavant, ces informations nous parvenaient par mails, via les factures ou par fichiers Excel. Cela rendait difficile les analyses en plus du risque de perdre les données. La plateforme a permis une meilleure transparence, fiabilité et harmonisation. Elle permet aussi de moins solliciter nos prestataires pour récupérer ces informations ».
Claude Finet reconnaît que son utilisation est perfectible toutefois. « Un quart de nos transporteurs ne l’utilise pas, et ceux qui y recourent, ne renseignent qu’un minimum d’informations ». La plateforme propose aux transporteurs et aux commissionnaires en effet de remplir une série d’autres indicateurs. Par exemple, la composition de la flotte, avec leur motorisation et leur télématique embarquée, le taux de formation des conducteurs à l’éco conduite, ou leur engagement dans un dispositif de réduction des émissions de GES. Ils peuvent aussi préciser leur part de sous-traitance et d’activités multimodales dans leur chiffre d’affaires.

Chaque transporteur et commissionnaire est libre de les renseigner ou non, et d’autoriser ou non leur partage avec les autres entreprises inscrites sur la plateforme. Pour l’ADEME, ces indicateurs leur permettent « de valoriser leur engagement environnemental ». Côté chargeurs, ils peuvent servir « à mieux suivre la performance environnementale de leurs prestataires, à mettre en place une politique d’achats responsables lors de leurs appels d’offres » voire, à identifier des actions d’amélioration et à initier de nouvelles collaborations.

La règlementation met la pression

Au-delà, deux évolutions réglementaires de la loi dite « Climat & Résilience » du 22 août 2021 sont susceptibles d’encourager l’utilisation de la plateforme. « A compter du 1er janvier 2024, les entreprises qui vendent leurs produits par e-commerce devront informer leurs clients sur l’impact environnemental de leurs livraisons », affirme Claude Finet. La deuxième évolution concerne les transporteurs et les commissionnaires. Dès le 1er janvier 2025, la non-transmission des informations GES à leurs clients sera passible d’une amende d’un montant maximum de 3 000 € ; aucune sanction n’étant prévue à ce jour.
A noter que d’ici à la fin de l’année, la plateforme d’échange des données environnementales « Transport » sera connectée aux trois dispositifs Objectif CO2, Fret21 et EVcom. Elle proposera également de nouvelles interfaces pour faciliter la connexion avec les systèmes d’information des transporteurs, commissionnaires et des chargeurs. Ces développements visent à éviter les ressaisies et à automatiser les processus.

Le magazine et les hors-séries

Stratégies Logistique 194 - avril / mai 2022

Stratégies Logistique n°194 est paru.

Hors-série n° 20 - Retail Chain

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement Retail Chain, qui se tiendra à Paris le mercredi 1er juin 2022.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.

Supplément SIMI 2021

Téléchargez ce supplément consacré à l’immobilier logistique et au salon SIMI, qui s’est tenu à Paris du 8 au 10 décembre 2021.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.