Accueil / Supply chain management /

Vers la création d’un Comité France Logistique

, par Erick Demangeon

Chargés au printemps par le gouvernement d’un rapport sur l’amélioration de la compétitivité de la chaîne logistique en France, Eric Hemar et Patrick Daher ont livré les premières conclusions de leur travail à l’occasion de l’assemblée générales de l’Union TLF. L’idée d’un Comité France Logistique fait son chemin.

Hisser la France parmi les 5 leaders mondiaux de la logistique sous 10 ans. Tel était l’objectif fixé par la conférence nationale sur la logistique en juillet 2015 puis confirmé dans le document stratégique « France Logistique 2025 » en mars 2016. La publication tous les 2 ans de l’indice de performance logistique par la Banque mondiale permet d’évaluer le chemin parcouru depuis. Dans sa dernière version, la France arrive en 16e position, stable par rapport à 2016 mais en repli de 4 places comparée à 2012.

« Un excellent point départ puisque cet indice est réalisé à partir de la perception des acteurs de la supply chain au moyen d’une série de critères » rappellent Patrick Daher à la tête du groupe éponyme spécialisé dans l’aéronautique et la logistique industrielle, et Eric Hémar, président de l’Union TLF et d’ID Logistics. Chargés au printemps par le gouvernement d’un rapport sur l’amélioration de la compétitivité de la chaîne logistique en France, les 2 chefs d’entreprise ont livré quelques conclusions de leur travail à l’occasion des assemblées générales de l’Union TLF et de TLF Overseas le 27 juin à Paris. Le rapport sera rendu public mi-juillet.

Œuvrer en faveur de la massification

Selon la logique de la Banque mondiale, le duo s’est positionné en tant que client de la chaîne logistique française tranchant avec l’approche politique actuelle fondée sur les infrastructures de transport.
Il a ensuite privilégié une démarche de benchmark consistant à analyser les différents maillons lors de l’importation d’un conteneur depuis la Chine jusqu’à la livraison finale des produits en Europe selon 3 scénarii via la France, les Pays-Bas et l’Allemagne.

Sur le maillon maritime, aucun écart de coût n’est constaté sur une ligne desservant la Chine, Rotterdam, Anvers, Hambourg ou Le Havre tout comme en matière de transit portuaire.

« Nous constatons toutefois qu’une inquiétude persiste sur la fiabilité des ports français de la part des chargeurs ». Le premier écart de coût significatif apparaît en revanche sur les pré et post acheminements portuaires.
« En Allemagne et aux Pays-Bas, 50 % sont massifiés en mode fluvial ou ferroviaire alors qu’en France ce taux s’élève à 12 ou 13 % à Marseille et au Havre ».

Pour Patrick Daher, ce premier constat suppose un renforcement de la massification en France sur des axes clairement identifiés. D’autant que le recours aux modes alternatifs a l’avantage « d’être économique et écologique ».

Fiscalité foncière

S’agissant du passage et des traitements en entrepôt, si le coût est comparable entre les 3 chaînes analysées, le « net salarié » français est inférieur d’au moins 20 % relèvent Patrick Daher et Eric Hémar.
Sur site, la France bénéficie de loyer moins cher mais cet avantage est annihilé par la fiscalité dont foncière appliquée à l’immobilier logistique. Quant à la distribution finale, le coût serait supérieur en France de 10 à 15 % en raison, notamment, des charges salariales pesant sur les conducteurs.

A partir de ces constats, les 2 chefs d’entreprise appellent l’Etat à réagir sans délai en tenant compte de l’évolution des chaînes logistiques internationales dont les « nouvelles routes de la soie », le passage maritime via le nord de l’Arctique ou l’augmentation de la taille des porte-conteneurs.

Comité France Logistique

A l’instar de plusieurs rapports, celui de Patrick Daher et d’Eric Hémar devrait à son tour pointer la « dispersion » de la gouvernance politique de la logistique et de ses instances représentatives.
S’inspirant des démarches engagées dans l’industrie et dans le maritime, le rapport devrait recommander la création d’une Plateforme ou d’un Comité France Logistique.
Publique-privée, cette structure légère aurait pour mission d’aborder les enjeux stratégiques du secteur sur une base de constats partagés entravant la compétitivité de la chaîne logistique française.
Ce Comité pourrait également nouer des passerelles et des synergies avec les autres entités analogues, dans l’industrie et le maritime par exemple, sur des sujets transversaux.

Le magazine et les hors-séries

Stratégies Logistique 178 - septembre 2019

Stratégies Logistique n°178 est paru.

Hors-série n° 18 - Retail Chain

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement Retail Chain, qui s’est tenu à Paris le 10 avril 2019.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.

Hors-série n°17 - World Class Logistics

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement World Class Logistics, qui s’est tenu à Paris-La Défense le 5 décembre 2018.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.