Accueil / Environnement /

Le schéma directeur logistique de l’axe Seine se dessine

, par Erick Demangeon

Bénéficiant d’atouts multimodaux, l’axe Seine rassemble toutes les logistiques : industrielle, portuaire, urbaine et de distribution. La création de l’établissement portuaire unique HAROPA permettra de nouvelles offres logistiques globales et homogènes à partir du schéma directeur fédérateur présenté ce lundi.

Annick Girardin, ministre de la Mer et Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué chargé des Transports étaient en déplacement au grand port maritime de Rouen lundi 4 janvier. Les ministres ont présenté à cette occasion la préfiguration de l’ensemble portuaire HAROPA qui deviendra au 1er juin 2021 le 1er port de France. Le nouvel ensemble doit peser davantage dans la compétition européenne et offrir un lieu privilégié pour de nouvelles implantations industrielles. Cette ambition est portée par un projet stratégique dont les ministres ont donné les grandes lignes :

  • Reconquête de parts de marchés grâce à un système portuaire et logistique de référence à destination des clients et partenaires internationaux
  • Accélération de la transition écologique par l’amélioration de l’efficacité énergétique et la production d’énergie verte ;
  • Innovation et la transition numérique pour déployer de nouveaux services numériques le long du corridor sur l’axe Seine ;
  • Accompagnement de la transition et le développement du capital humain.

La bataille de la mer se joue à terre

JPEG - 140.5 ko
Transport de marchandises sur le bassin de la Seine
En 2019, le bassin de la Seine a enregistré une forte progression (+10,3 % en tonnes et 9,9% en t-km)
Source : Voies navigables de France

Selon l’Observatoire Logistique Paris Seine Normandie, l’offre foncière à vocation logistique de l’axe Seine s’élève à 1 700 ha. Près de 40 % de cette surface est mobilisable immédiatement sur 82 sites : un tiers situé en zones industrialo-portuaires et deux-tiers à l’extérieur. La majorité de ce potentiel est localisée le long de la Seine et de l’axe Caen-Alençon. A l’horizon 2023, 337 ha supplémentaires s’ajouteront à ces capacités dont 40 % sur les ports du Havre, Rouen, Limay-Porcheville et Gennevilliers. Et d’ici 2025, ce sont près de 600 ha qui renforceront cette offre foncière stimulée par de nouvelles surfaces à Port-Jérôme, Val d’Hazey/Gaillon, Port 2000 et Caen. Au-delà, seuls 140 ha supplémentaires sont identifiés. Cette raréfaction s’explique pour l’Observatoire par «  les objectifs de réduction des consommations de surfaces agricoles et les difficultés à anticiper les besoins à long terme ».
Comparée à 2015, l’offre foncière à vocation logistique de l’axe Seine a diminué de 15 %. Si cette baisse prouve que des projets logistiques ont abouti sur la période, elle pointe aussi une tension sur les fonciers destinés à la logistique. Face à ce constat, l’Observatoire Logistique Paris Seine Normandie encourage la mise en œuvre d’une démarche stratégique d’ensemble et concertée sur l’avenir du foncier à vocation logistique sur l’axe.
La fusion des autorités portuaires HAROPA au 1er juin 2021 apporte une réponse. La stratégie d’ensemble et concertée a été évoquée aussi par Anne-Marie Idrac lors d’un webinaire le 14 décembre organisé par HAROPA. Pour la présidente de France Logistique, ce schéma serait le moyen de rapprocher les ports séquaniens avec leurs clients et hinterland, et de poser les bases d’une fiabilité et fluidité du transit portuaire sur la durée.

Ecosystème digital à créer

Saluée, la création du GIE France PCS par Soget et MGI le 10 décembre y a été présentée comme un moyen d’atteindre cet objectif dans «  une approche d’offre globale » étendue à la logistique urbaine, dont celle d’Ile-de-France, selon Laurent Foloppe, directeur commercial et marketing de HAROPA. Pour stimuler cette « offre globale » et valoriser le rapprochement entre Soget et MGI, « il faut aller plus loin » déclare Paul Bernard. Le directeur de la région Normandie chez Bolloré Logistics plaide pour la mise en œuvre d’un « écosystème digital ». Lequel intégrerait plusieurs sources d’information comme les crues, les travaux sur les réseaux ferrés et routiers ou encore la situation sociale dans les ports.
« Cette collecte d’informations en temps réel et leur traitement permettraient de réagir plus rapidement et de trouver les meilleures solutions alternatives ». Ce chantier aurait aussi l’avantage de fédérer et de mobiliser les énergies autour d’une organisation logistique homogène sur l’axe et ses trois principaux ports Le Havre, Rouen et Paris.

Le magazine et les hors-séries

Stratégies Logistique 187 - février / mars 2021

Stratégies Logistique n°187 est paru.

Supplément SIMI 2019

Téléchargez ce supplément consacré à l’immobilier logistique et au salon SIMI, qui s’est tenu à Paris du 11 au 13 décembre 2019.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.

Hors-série n° 18 - Retail Chain

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement Retail Chain, qui s’est tenu à Paris le 10 avril 2019.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.