Accueil / Entreposage / Systèmes automatisés /

Comment calculer le ROI d’une installation mécanisée ?

, par Erick Demangeon

Selon Diagma, Exotec, Fives Syleps et Scallog, le calcul du retour sur investissement d’une mécanisation ou automatisation d’un entrepôt ne peut se limiter aux seuls gains directs attendus de l’installation.

Les projets de transformation d’une supply-chain supposent d’analyser leurs gains et impacts organisationnels, sociaux et financiers sur l’ensemble de ses maillons. Le retour sur investissement (ROI) d’un projet de mécanisation ou d’automatisation d’un entrepôt impose cette analyse multiforme à différentes échelles de temps. Tel est l’avis d’Exotec, Fives Syleps et Scallog invités à un webinaire organisé par Diagma le 27 mai. Pour Léandre Boulez du cabinet de conseil spécialisé en supply-chain et logistique, un projet de mécanisation est « un exercice de futurologie ». Il oblige à s’interroger sur l’évolution de plusieurs facteurs : « attentes clients, structure de l’offre, environnement social, conditions de travail et pénibilité, réglementation, omnicanalité, localisation géographique… ». Cet exercice doit permettre d’établir « un intervalle de confiance entre un ROI maxi et un ROI mini ».
Plusieurs arbitrages sont à mener dans ce cadre entre le besoin de flexibilité et d’adaptabilité, et la recherche de fiabilité et de productivité qui, avec l’optimisation des surfaces, constitue souvent les gains directs attendus d’une mécanisation. Selon Léandre Boulez, la cohérence et le ROI du projet doivent tenir compte aussi « des impacts en amont et en aval de la chaîne, de sa robustesse, de sa durabilité et de sa capacité à s’adapter à la concurrence » et/ou à son environnement.

JPEG - 53.3 ko
Léandre Boulez, associé, Diagma
® Diagma

Attentes diverses

Les expériences d’Exotec, Fives Syleps et Scallog semblent confirmer cette analyse multiforme. A partir de mécanisations déployées chez Decathlon, Uniqlo, E.Leclerc ou Carrefour dans des environnements BtoB, BtoC ou mix, Gilles Baulard d’Exotec insiste sur le taux de disponibilité des installations attendu par ses clients. « Il est supérieur à 98 % ». Il est rejoint par Thierry Le Chêne. Citant le cas d’une mécanisation menée pour Ulog sur une plateforme logistique de produits alimentaires en température ambiante, le directeur général adjoint de Fives Syleps souligne la nécessité de « polyvalence des installations ». Dans l’exemple d’Ulog, l’entreprise a déployé un système OPR (Ordre Picking Robotics) de préparation de commandes magasins en palettes hétérogènes. Appliquée à des produits lourds, « cette solution robotisée a permis de relever plusieurs challenges : un nombre de références en augmentation, l’absence de capacités de stockage en magasin, des préparations quotidiennes nécessitant une forte réactivité, lutter contre la pénibilité et assurer un taux de service de zéro erreur et rupture ».

JPEG - 32.5 ko
Thierry Le Chêne, directeur général adjoint, Fives Syleps
® DR
JPEG - 5.5 ko
Gilles Baulard, EVP Sales, Exotec
® Exotec

Couvrir les risques

Selon Thierry Le Chêne, cette mécanisation réalisée sur un bâtiment existant aurait optimisé ses surfaces de 50 %. Avec une durée de vie estimée « à 15 ans, elle est modulaire et ses capacités peuvent être augmentées selon les besoins ». Avec la souplesse des installations sur la durée, la rapidité de mise en œuvre est un autre critère important pour Olivier Rochet de Scallog. « Dans le cas des prestataires 3PL par exemple, le ROI doit être rapide et l’investissement doit être flexible et polyvalent pour tenir compte de la durée des contrats ».

JPEG - 26.7 ko
Olivier Rochet, CEO et cofondateur, Scallog
® Scallog

Les trois experts en solutions intralogistiques et Diagma reconnaissent que le ROI d’une mécanisation varie selon l’évolution des marchés en distinguant la croissance de leurs volumes plus ou moins rapide avec des pics plus ou moins prononcés. La montée progressive et la modularité des installations sont présentées comme un gage de sécurité pour minimiser le risque financier. Ils évoquent également la possibilité de scinder les contrats et la charge des investissements entre la gestion des bâtiments, leur mécanisation et la prestation logistique en cas d’externalisation. Dans le calcul du ROI, ils soulignent enfin l’importance d’intégrer la maintenance des installations et de leurs systèmes de pilotage WCS avec leurs interfaces avec les systèmes d’information en place.

Le magazine et les hors-séries

Stratégies Logistique 190 - septembre 2021

Stratégies Logistique n°190 est paru.

Hors-série n° 19 - Retail Chain

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement Retail Chain, qui aura lieu à Paris et en ligne le jeudi 14 octobre 2021.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.

Supplément SIMI 2019

Téléchargez ce supplément consacré à l’immobilier logistique et au salon SIMI, qui s’est tenu à Paris du 11 au 13 décembre 2019.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.