Accueil / Environnement /

Pour une logistique francilienne « réaliste et efficace »

, par Erick Demangeon

Les professionnels des transports et de la logistique d’Ile-de-France montent au créneau à la veille des élections régionales et départementales. Dans un livre blanc, ils formulent 35 propositions pour améliorer la logistique urbaine régionale et à Paris.

Le Groupement des activités de transport et de manutention de la région Ile-de-France, le Gatmarif, rassemble tous les acteurs franciliens du transport de fret et de la logistique. Siègent et participent à ses travaux la CGI et l’AUTF aux côtés de TLF ou de la FNTR par exemple. C’est donc uni que le secteur a rédigé un livre blanc « Pour une logistique urbaine optimisée en Ile-de-France d’ici 2030 » présenté le 10 juin.

Calendrier « intenable »

A l’attention des élus et administrateurs des collectivités locales d’Ile-de-France, il alerte sur le calendrier jugé « intenable » de la conversion écologique des parcs. Fixé par la mairie de Paris et la Métropole du Grand Paris, ce calendrier prévoit une sortie du diesel en 2024 (et la fin du moteur thermique d’ici 2030). Cette perspective « se heurte à la réalité du marché » affirme Jean-Paul Gaumet. Le président du Gatmarif et ses membres soulignent que la flotte régionale se compose « de 51 000 poids lourds et de 900 000 utilitaires », et fonctionne à l’essence et au diesel pour l’essentiel.
Au regard de ce volume, le renouvellement du parc diesel d’ici 2024 semble impossible par les professionnels : « les offres des constructeurs sont insuffisantes et leur coût est très élevé. Les stations d’avitaillement font défaut en outre ». Face à ce constat, ils demandent « un nouvel agenda partagé et réaliste » ainsi qu’un « soutien à l’acquisition ».

JPEG - 129.2 ko
Jean-Paul Gaumet, président du Gatmarif
® ED

Agir contre la souffrance au travail

La deuxième priorité du livre blanc concerne « l’amélioration des conditions d’exercice de la livraison urbaine ». Elle croise l’attractivité et l’image de ce métier confronté à des difficultés de recrutement, et renvoie à deux enjeux. Le premier présenté par Hervé Street, dirigeant de Star Service, dénonce « les distorsions de concurrence déloyales » entre sociétés de transport et livreurs indépendants travaillant pour les plateformes numériques de livraison.
Le second porte sur l’environnement de travail des conducteurs. «  Les pouvoirs publics ont le devoir de faciliter l’exercice de leur métier », insiste Jean-Paul Gaumet. La profession leurs demande donc d’agir pour « décongestionner les villes, aménager des places de livraison adaptées aux véhicules lourds avec trottoirs abaissés, et faire respecter les règles en vigueur avec des sanctions plus sévères ».

Réserver des espaces de stationnement

D’actualité avec le déploiement de terrasses sur les voiries parisiennes, « le maintien des 9 400 aires de livraison dans la Capitale et leur développement » est une autre priorité pour la profession prête en revanche « à travailler sur leur relocalisation pour les optimiser ». Ce travail pourrait être l’occasion de tester la création de dépose-minute sur les places situées avant et après les zones de stationnement pour faciliter l’accès aux poids lourds . Plus globalement, le Gatmarif recommande que la gestion des stationnements en surface « favorise les utilisations professionnelles ».

A l’heure du Grand Paris et à la veille d’événements mondiaux comme les Jeux Olympiques, « la sécurisation des approvisionnements en matériaux et des évacuations de déchets des chantiers » est également évoquée. Inspiré de travaux européens (programme SUCCESS) et de plusieurs villes comme Londres, le livre blanc propose la mise en œuvre « d’un plan logistique des sites de construction, des centres de consolidation pour la construction (CCC) et une formation spécifique pour les conducteurs de chantiers urbains ». Les synergies multimodales sont encouragées, avec la voie d’eau en particulier.

Schéma régional des flux de marchandises

Ces propositions autour du partage de l’espace public s’étendent à « la mutualisation des infrastructures dédiées au transport de personnes dont de bus et de covoiturage. Leur accès pourrait être autorisé aux véhicules de fret « propres » par exemple ». Moyen de donner de la visibilité aux professionnels du secteur, le Gatmarif invite enfin les pouvoirs publics et les collectivités franciliennes « à mieux prendre en compte la logistique dans les politiques d’urbanisme ». Selon le groupement, cette politique pourrait se concrétiser par « un schéma régional des flux de marchandises dans les projets urbains, des hubs logistiques urbains mutualisés » ou « des règlements locaux d’urbanisme intégrant les enjeux de livraison ».

SYNTHÈSE DES PROPOSITIONS
1/ Coordination, harmonisation et régulation de l’environnement urbain

  • Renforcer le rôle des Autorités organisatrices de la mobilité locale et régionale (AOM)
  • Harmoniser les règlementations existantes
  • Impliquer et écouter les professionnels du transport et de la logistique
  • Mieux informer les professionnels en amont des événements impactant la circulation
  • Assurer des calendriers d’application règlementaire réalistes
  • Réguler la concurrence dans le transport et la livraison urbaine
  • Renforcer les contrôles et sanctions face aux irrégularités et à la concurrence déloyale
  • Bannir les décisions qui conduisent à des distorsions de concurrence
  • Tenir compte dans les projets urbains des flux de marchandises en ville
  • Envisager le partage intelligent des données
  • Accompagner la transition numérique du secteur
  • Responsabiliser les consommateurs finaux de la Supply Chain

2/ Une mobilité repensée, dans de meilleures conditions pour tous

  • Promouvoir l’utilité sociale du transport
  • Privilégier l’efficience dans le choix des modes de transport
  • Avoir une réflexion sur la mixité possible du transport de passagers et fret
  • Résoudre le problème de stationnement des professionnels de la livraison
  • Instaurer sur le territoire de Paris intra-muros un système de réservation performant d’emplacements de stationnement pour les déménageurs
  • Tenir compte de la diversité des logistiques urbaines, liées aux spécificités produit
  • Réserver des espaces logistiques urbains, adaptés à un usage professionnel
  • Sécuriser les activités de transport des chantiers urbains
  • Favoriser les livraisons de nuit lorsque possible
  • Réduire la souffrance au travail dans l’exercice de la livraison urbaine
  • Renforcer les dispositifs de formation des métiers du transport et la livraison

3/ Accompagner la transition énergétique

  • Avoir une vision de long terme pour le développement durable en zone urbaine
  • Prendre des décisions politiques compatibles avec la maturité des technologies
  • Coordonner la mise en place et les critères des Zones à Faibles Emissions (ZFE)
  • Envisager une autorisation de circulation en ZFE pour une flotte labellisée
  • Récompenser les comportements vertueux par une bonification
  • Développer la connaissance des énergies alternatives
  • Positionner plus rapidement les nouveaux carburants aux normes Crit’Air
  • Renforcer les dispositifs de conversion du parc aux normes environnementales
  • Elargir les aides à tous les acteurs, quelle que soit leur taille
  • Lancer une étude relative à la création de stations mixtes d’avitaillement
  • Investir rapidement sur les infrastructures d’avitaillement énergétique
  • Promouvoir et investir dans la Recherche et Développement

Voir en ligne : Livre blanc « Pour une logistique urbaine optimisée en Ile-de-France d’ici 2030 »

Le magazine et les hors-séries

Stratégies Logistique 189 - juin / juillet 2021

Stratégies Logistique n°189 est paru.

Supplément SIMI 2019

Téléchargez ce supplément consacré à l’immobilier logistique et au salon SIMI, qui s’est tenu à Paris du 11 au 13 décembre 2019.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.

Hors-série n° 18 - Retail Chain

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement Retail Chain, qui s’est tenu à Paris le 10 avril 2019.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.